20 avril 2017

Sur la route des boissons d’Auvergne

Sur la route des boissons d’Auvergne
PRODUCTEURS LOCAUX. Tous unis pour promouvoir les produits du terroir et les circuits courts.

La gastronomie auvergnate est souvent associée aux fromages et aux salaisons. Mais bien d’autres produits méritent cette reconnaissance.

C’est ce qu’a voulu faire savoir l’association « Les Alambiquées » en organisant dernièrement à l’Espace Renan un marché artisanal de produits du terroir baptisé « Sur la route des boissons d’Auvergne ».

On connaît ses eaux minérales dans toute la France et ses vins (re) commencent à se faire un nom. Mais entre la pureté d’une source claire et les plaisirs de Bacchus, l’Auvergne est riche de toute une série d’autres boissons que l’association « Les Alambiquées » entend bien mettre à l’honneur.

C’est le sens du marché artisanal organisé à l’Espace Renan, ou cinq stands proposaient aux curieux de découvrir thés, tisanes, sirops, crèmes, bières, vins, eaux, jus de fruits et bien d’autres produits du terroir fabriqués par de petits producteurs ayant opté pour les circuits courts.

► Installée à Cournon depuis trois ans, la boutique Chakai Club vend en ligne des thés. Une production qui n’est certes pas locale, mais, à côté d’une offre de fournisseurs soigneusement sélectionnés, Alexandra Soulier développe sa propre gamme de mélanges et de saveurs.

 

« L’Auvergne peut aussi se revendiquer d’une grande source de boissons »

 

► Regroupant plusieurs producteurs locaux, la boutique Coeur de Volcans propose des produits très variés, allant du vin aux confitures en passant par les gâteaux, les fromages, ou la charcuterie.

 

 

► Il a lancé sa production de bières artisanales depuis seulement un an, mais commence déjà à se faire connaître des amateurs. Florent Riquelme brasse la marque Balm, qu’il décline en bières blanche, blonde, rousse et brune, toutes non filtrées et non pasteurisées, ce qui permet au produit de conserver toutes ses saveurs. Pour une fabrication 100 % auvergnate, Florent Riquelme milite pour l’implantation d’une malterie dans la région et pour une production locale de houblon.

 

 

► C’est en Haute-Loire que « Les Mille et Une Plantes du Velay » élabore des vins bios enrichis d’essence de gentiane, de sureau, d’angélique ou de sauge. Les membres de cette entreprise familiale née il y a quarante ans cueillent et travaillent eux-mêmes une cinquantaine de plantes aux vertus fort bien connues.

► Installée au coeur du Livradois-Forez, à 1.100 mètres d’altitude, Amélie Laborde cueille et transforme elle aussi des plantes comestibles, pour en tirer des sirops, des gelées, des biscuits aux fruits, et des « cuirs » de fruits. Ce sont des compotes passées au séchoir à cuir, ce qui permet une conservation sans gélifiant ni sucre. Sa structure, Les Pierres Davélie, comprend également une chambre d’hôtes.

Après le grand plateau de fromages, l’Auvergne peut aussi se revendiquer d’une grande source de boissons.

La Montagne 19/04/2017